La Bataille [3 suite]

Il y a quelque chose de fascinant dans le spectacle de la reconquête du terrain par la végétation. Celle-ci semble exploser ces deux dernières années, elle dévore l’usine et en ce printemps troublé, cela a quelques chose d’un rappel : « Vous n’êtes que de passage ».

Depuis mon précédent passage le niveau de l’Orne a sensiblement baissé.

 

 

La Bataille [3] (Nature vs Usine) La cathédrale engloutie

11 mai 2020, « déconfinement » (un mot qui n’existait pas….) première grande balade autour de Clécy, du Vey, passant pour finir par la filature de « La Bataille ». La végétation explose et semble commencer à prendre le dessus, il y a beaucoup de vent, une quasi tempête, je reste au bord…. prudence est mère de sureté, nous sommes dans des temps de prudence…. Quelques photos quand même. Je projette d’y retourner incessamment profiter de l’exubérance de la nature dans son assaut contre les restes de l’usine. Celle-ci a par endroits, sous certains angles, des airs de cathédrale engloutie, de temple qui perd la bataille contre une nature qui l’envahit.

Des travaux ont eu lieu pour aménager l’accès à l’eau sur les devant de l’usine, y aurait-il des projets ?

La Bataille [2] (Nature vs Usine)

Petit tour de nouveau dans l’ancienne Filature, pour l’hiver, un jour où il n’y a pas trop de vent…. Peu de changements, sinon que des poutres sont au sol dont je ne me souvenais pas, les forts vents de ces dernières semaines sans doute. Mais cela reste un endroit intéressant.

« On a 30 ans Pensez à nos cadeaux ! »…. Quel âge ont-ils aujourd’hui?

Dans la brume – Clécy, les rochers du Parc

C’est peut-être le flou qui rend le mieux l’impression du promeneur dans la brume, du haut du viaduc qui enjambe l’Orne, la brume estompe toutes les formes et les couleurs.

Quelques images (nettes) de la vallée de l’Orne vue des Rochers du parc, un peu noyée dans la brume qui se dissipe peu à peu.

 

La Bataille (Nature vs Usine)

Nature_fuyant_1_01

Selon des informations glanées sur internet, ce fut un moulin puis au 19ème siècle une des nombreuses filatures installées sur l’Orne. Elle brula en 1898, privant d’emploi les 50 salariés qui y travaillaient.  Auparavant elle fut le théâtre d’un accident du travail dramatique, une femme fut happée par les courroies de la machine sur laquelle elle travaillait et tuée sur le coup. « Elle ne laisse pas d’enfant et son mari est ouvrier de filature ».

Pour une destruction commencée il y a plus de cent ans, la filature résiste bien. Mais il me semble que depuis quelques années la végétation explose. Petit tour d’un lieu qui prend en certains endroits des allures de cathédrale engloutie dans la végétation, il se trouve en un endroit bien nommé : La Bataille (du souvenir plus ou moins légendaire d’une bataille médiévale dans laquelle aurait été impliquée une armée anglaise).

Ce bâtiment est une vraie friche, un peu inquiétante, il semble en certains endroits très instable, et même le sol s’enfonce parfois, c’est un plancher sur les canaux qui actionnaient le moulin. J’évite d’entrer dans certaines salles (enfin ce qu’il en reste !) les débris qui sont au sol et la fragilité de ce qui reste suspendu sont dissuasifs ! Parfois la lumière illumine la végétation et transcende le lieu.

Brume d’un matin d’hiver

ThurySalen_2_8

C‘était un matin d’hiver, entre deux longues périodes de zones de tempêtes, un matin de brume, qui finit par se lever pour révéler au dessus de la vallée de l’Orne une grande écharpe de nuage qui semblait agitée par une tempête menaçante, qui semblait vouloir tout engloutir. Mais les vagues de nuages sont moins destructrices que les tempêtes de la Manche ou de l’Atlantique. Bien sûr la brume finit par se dissiper

ThurySalen_2_102

C’est l’automne (1)

C’est l’automne, il y a de la brume le matin lorsque le soleil se lève et commence à réchauffer la vallée de l’Orne. Elle se répand plus ou moins haut, selon les jours. L’humidité du matin est importante et les champs sont couverts de rosée, ce qui affecte aussi les araignées et leurs toiles. Certains endroits semble cultiver les araignées. 

Le matin calme des pêcheurs à la ligne

ThurySalen_18_08