Éloge du coquelicot (1)

Évidemment, l’éloge du coquelicot c’est une façon m’associer à la défense du coquelicot : Nous voulons des coquelicots ! (contribution bien faible certes).

Nous voulons des coquelicots, parce que c’est beau, parce que c’est un indice de bonne santé de la nature (ou de santé passable …). Parfois un champ est envahi de coquelicots, resplendissant, éclatant, comme certains des champs de la galerie, le propriétaire de l’un d’eux, qui m’avait surpris faisant des photos, m’avait expliqué avec beaucoup de plaisir qu’il espérait poursuivre sur la voie d’une agriculture sans pesticides.

Publicités

Coquelicots bio / vert – rouge – jaune

Coquelicots_2_112

De la quatre voies, apercevoir un champ étonnamment brillant sous le soleil, chercher une sortie qui puisse y conduire… ; essayer quelques photos et revenir le lundi, alors qu’un agriculteur fauche le champ.

Il saute du tracteur au tour suivant…, petite discussion amicale, c’est un champ bio, après des années d’agriculture intensive, et pourtant les graines étaient toujours dans le sol, imprégné de tous les produits que l’on ne cesse de déverser, et tout à coup elles explosent. Ces coquelicots sont superbes, rouges au point qu’on pourrait croire que l’agriculture bio pousse le saturateur…. fragiles comme toutes les fleurs de leur espèce, et en même temps elles semblent bien moins vulnérables.

Au fond un champ de colza n’en finit pas de jaunir le paysage quand partout ailleurs il est défleuri. Belle harmonie de couleurs, en attendant le bleu.

Coquelicots_2_145

Printemps – Vert et jaune… et blanc

ThurySalen_9_111_DxO-1

Le temps était gris, pas très chaud, mais pas froid et il ne pleuvait pas encore. La campagne de la Suisse Normande est jaune et verte, et blanche. Le colza défleurit, mais il est encore présent, et il y a des boutons d’or, l’herbe, les arbres, ont cette variété de verts qui n’existe qu’à cette période de l’année où les feuilles sont déployées entièrement et où l’herbe pousse à vue d’oeil. Des marguerites et des pâquerettes, et les aubépines amènent des touches de blanc parfois très denses. Promenade….

Il y a aussi des églantines, les premières, délicates en diable.

ThurySalen_9_104_DxO-1

 

ThurySalen_9_118_DxO

Jeux d’fleurs, jeux d’couleurs (2)

ThurySalen_7_7_DxO

C’est encore une histoire de coquelicots, mais pas seulement. Surtout pour un champ de colza, dont les plants de colza sont défleuris et dans lequel on ne voit plus que des coquelicots, comme dans un autre champ on voit énormément de bleuets, ça m’intrigue, parce que, dans des champs de blés ou de seigle que l’on peut voir presque à côté (dix minutes de marche par rapport au champ de bleuets, on ne voir que quelques coquelicots, qui ne risquent pas d’envahir le champ. Deux agricultures ? Dont l’une ne ferait pas la chasse aux mauvaises herbes ? ou bien le colza c’est pas comme le blé et ça ne justifie pas les dépenses de traitement anti mauvaises herbes ?

Deux vues de ce champ de coquelicots, vue à partir de l' »est » (pour aller vite) et vue à partir de l' »ouest », pour commencer la galerie.  Il y a aussi des églantines pour finir.

Jeux d’fleurs, jeux d’couleurs

Coquelicots_244_DxO

Bien sûr c’est un peu une série sur le coquelicot, il y a des endroits où il pullule ces temps-ci. Mais c’est aussi sur les couleurs, claquantes ou un peu froides, des fleurs dans les champs en ce moment. Le coquelicot est vraiment rouge ces temps-ci, ou bien c’est la belle lumière du soleil généreux de cette fin de printemps…. pendant les trente minutes où il brille. Le colza ce n’est pas encore fini, mais bientôt, et ensuite ?

Printemps en Suisse Normande

Thury_Salen_5_05-09-13_78

Quoi que l’on en pense, on va vers l’été, et le printemps est commencé depuis quelque temps maintenant. La Normandie au printemps ce sont des pommiers en fleurs, et du colza, du colza, et aussi de colza, et de nombreux merisiers, ça et là. Cela donne une campagne qui éclate, de tous les côtés. Sous un ciel changeant, celui qui plaisait aux impressionnistes, et parfois une lumière sans égale, c’est toujours assez beau à regarder. Quelques « cartes postales » d’une promenade du côté de Thury-Harcourt. Il y a aussi cette flèche vers l’ouest très inquiétante : y a-t-il des complices des martiens parmi les agriculteurs ?

Thury_Salen_5_05-09-13_5