Vibrations#3 – Hommage à Pina Bausch

Hommage à Pina Bausch_17

Dimanche 4 mars, toute la journée au Théâtre de Caen, rencontres, et danse à tous les étages. de 9 heures du matin à 19 heures, danseurs professionnels, amateurs, et public l’après midi, se sont rencontrés sur une initiative de Danse Perspective : Vibrations#3, toutes les danses, du Baroque au Hip-Hop en passant par la danse Mandingue, la danse classique, et les techniques de la marionnette….

De quoi poster des photos pendant des jours, pour commencer un moment de pure magie, qui commence comme des rencontres fortuites sur un palier du troisième étage des foyers du Théâtre, une musique que tout le monde a entendu 3000 fois, des consignes d’une simplicité déroutante : marcher, ensemble, des gestes simples liés aux saisons, et dans ce foyer bas de plafond, dans les lueurs de projecteurs de couleurs, l’hommage se construit, puis les danseurs prennent possession d’un autre palier, sous les vélums, et finalement ils présenteront leur hommage sur le plateau. On peut écouter ça (West End Blues, Louis Armstrong) laisser passer la pub et revenez) imaginez le bruit du pas des danseurs, sur le plancher, en rythme (ce qui n’est pas « au pas »).

On peut aussi, ce serait même une très bonne idée, regarder ça   (Seasons March)

 

Publicités

La Presqu’île dans le froid

DSC_0035

Petits tours dans le froid et dans la Presqu’île, le vent frais fait qu’il n’y a pas grand monde sur l’esplanade devant la Bibliothèque Alexis de Tocqueville et La Fermeture Eclair, et puis c’est encore la friche qui l’emporte sur la plus grande partie du quartier . Et il y fait une température polaire….

Entre quatre tours – le vent glacial

DSCF0918

Passage à la BNF pour l’exposition « Paysage français » que j’ai trouvée exceptionnelle. La confrontation des époques, styles, modalités de présentation, regards de photographes, missions photographies, partis pris… ça marche, une exposition ce n’est pas nécessairement une ligne ininterrompue quasi circulaire de photos  sous cadre sous passe-partout. Sans compter qu’il y a des photos à tomber (au hasard : des montages inventifs « Sans titre » composition murs [Valérie Jouve] , Voyage en banlieue [Bruno Boudjelal, des photos d’une finesse inattendue, une plage de [Massimo Vitali], des portraits d’hôtesses de caisse d’une puissance exceptionnelle [Valérie Couteron], etc., etc…). Bref je n’avais pas vraiment le temps mais en sortant comment faire autrement, en plus il y avait un peu de lumière….

Et ensuite aller voir quelques photos de Marlène Dietrich à la MEP (plus bas)

 

Puis passer à la Maison Européenne de la photographie, plusieurs exposition dont des photos de Marlène Dietrich, beaucoup ne valent pas le déplacement, mais il y a quelques photos de Cecil Beaton incroyables et une de Milton Greene dont la composition est d’une inimaginable justesse. Alors voilà ! Il manque une des photos que j’ai préférées mais je ne l’ai pas trouvée sur internet.

Je n’arrêtais pas de me demander : cette tache blanche en bas  était-elle indispensable ? Peut-être pas ….

Marlène recadrée