La danse et la forêt

Temps d’exploration dans la forêt, pour la compagnie Sylva, un travail pour une chorégraphie sur la forêt. En attendant le retour de Perséphone hommage à Terpsichore, début février il ne fait pas plus chaud que ça (4 à 6 degrés) , le temps est humide et le sol glacé. Se laisser inspirer par la forêt, la lumière du soleil (parfois), le contre jour, l’ombre. Danser quand même : Mélissa et Sarah explorent une sorte de « nef » dans la forêt.

La Révolte des Fous – étape de travail

Après deux semaines de travail aux Ateliers Intermédiaires, la Compagnie Arrivedercho (The Goaties, Marin Moser, Charlotte Leroy, Leonie Fer, Max Cie) présente, une partie d’une création qui avance pas à pas, une œuvre que l’on situerait entre la cantate et l’opéra, comme un Oratorio : La Révolte des fous, projet poétique, musical, théâtral et chorégraphique.

La Révolte des fous au « Bois du Caprice »

Tournage « La Révolte des Fous » au bois. Belle atmosphère de travail (un peu non conventionnelle), belle lumière du soir (je suis arrivé en cours de tournage), tourner sérieusement et légèrement une histoire un peu déjantée (que je pourrais résumer en reprenant une formule de Léonie Fer : « L’annonce faite à Marin »). J’adore.

(The Goaties, Marin Moser, Charlotte Leroy, Leonie Fer, Max Cie pour la vidéo)

Happening – Danse (midi – minuit)

DSCF2831_DxOrevu

Happening aux Ateliers Intermédiaires : Laura Simi s’engager dans 12 heures de danse solo (midi – minuit), ininterrompue, accompagnée de montages sonores et d’une bande son proposés par Damiano Foa et Perig Villerbu. Performance de création : danse improvisée, 12 heures de création. Performance physique : résister à la fatigue et continuer à proposer une danse, une déclamation, pendant 12 heures. Performance mentale, aller jusqu’au bout du défi, rester lucide, danser, créer.

Quelques photos prises à des moments différents.

FACES (Filage #3)

DSC_0168

NOESIS, à Val de Reuil, au Dancing pour un dernier temps de travail avant quelques présentations. Quelques photos du dernier Filage.

Faces : Conception : Alexandre Le Petit
Chorégraphie & interprétation : Flora Pilet
Dramaturgie & mise en scène : Alexandre Le Petit
Conseillère chorégraphique : Mélanie Lomoff
Composition sonore & lumières : Alexandre Le Petit
Création vidéo : Christophe Bisson
Effets spéciaux : Baptiste Bisson
Régie plateau : Alexandre Serrano

 

 

Vibrations#3 – Hommage

Hommage à Pina Bausch_17

Dimanche 4 mars 2018, toute la journée au Théâtre de Caen, rencontres, et danse à tous les étages. de 9 heures du matin à 19 heures, danseurs professionnels, amateurs, et public l’après midi, se sont rencontrés sur une initiative de Danse Perspective : Vibrations#3, toutes les danses, du Baroque au Hip-Hop en passant par la danse Mandingue, la danse classique, et les techniques de la marionnette….

De quoi poster des photos pendant des jours, pour commencer un moment de pure magie, qui commence comme des rencontres fortuites sur un palier du troisième étage des foyers du Théâtre, une musique que tout le monde a entendu 3000 fois, des consignes d’une simplicité déroutante : marcher, ensemble, des gestes simples liés aux saisons, et dans ce foyer bas de plafond, dans les lueurs de projecteurs de couleurs, l’hommage se construit, puis les danseurs prennent possession d’un autre palier, sous les vélums, et finalement ils présenteront leur hommage sur le plateau. On peut écouter ça (West End Blues, Louis Armstrong) laisser passer la pub et revenez) imaginez le bruit du pas des danseurs, sur le plancher, en rythme (ce qui n’est pas « au pas »).

On peut aussi, ce serait même une très bonne idée, regarder ça   (Seasons March)

[L’arrachement]

DSC_0071

A partir du poème de H Michaux (L’arrachement) travail de Flora Pilet et Stéphanie Brault, sans accompagnement musical, sans éclairage scénographique, « A capella » en quelque sorte.

« Flora Pilet, artiste chorégraphique et Stéphanie Brault, comédienne, s’emparent des mots et des dessins du poète et en proposent une lecture singulière.  Nous travaillons à faire surgir des images qui altèrent la perception que nous avons d’une situation de représentation et à brouiller les lignes de démarcation du corps et du texte. » [extrait de la page de NOESIS sur le site des Ateliers Intermédiaires.