Fenêtres sur travaux (2)

Port_travaux_7_45_DxO

Juste un petit tour pour suivre les travaux de la presqu’île, et les fenêtres et leurs dessins, étonnant comme l’interaction de la transparence et des reflets peut déformer la vue de la réalité.

Port_travaux_7_116_DxO

Publicités

Vues sur travaux

Port_Travaux_5_36_DxO

Petit tour sur la presqu’île et quelques vues des bâtiments en construction, des chantiers. C’est un chat qui a élu domicile à l’entrée de la rue Dumont d’Urville qui fait office de garde, quoique assez nonchalamment. La coupole inachevée de la maison de la recherche et de l’innovation évoque me semble-t-il des photographies anciennes.

 

 

Port_Travaux_5_31_DxO-2_DxO

Répétition danse – Soldat, petit corps malade

Chantier_21_1_39

La compagnie Chantier 21 THéâTre, en répétition aux Ateliers intermédiaires (Caen sur la presqu’île) : Soldat, mon petit corps mourant. Mise en scène : Marie Bernard, en collaboration avec Antonin Ménard / avec Matthieu Coulon / composition : Emmanuel Lebrun / Lumières : Marie Hardy

Extrait de la présentation : « Soldat, mon petit corps mourant, interroge le langage du corps comme étant ce qu’il nous reste après le langage « parlé ». Au-delà des mots, quand on n’arrive plus à dire, à se dire, il reste le corps. Le corps qui parle. Au plateau, un personnage est projeté là, dans une boite noire, un espace-temps indéfini. Sans doute un entresol entre la vie et le caveau. Il n’est pas muet, il n’arrive plus à parler. Incapable de dire avec les mots, c’est le corps qui parle jusqu’à épuisement. Le personnage tourne alors une phrase chorégraphique, de plus en plus complexe, de plus en plus rythmée, de plus en plus bruyante… »

« Soldat, mon petit corps mourant » sera programmé dans le cadre de « En attendant l’éclaircie »

Quelques photos issues de deux temps de travail.

Chantier_21_2_155_DxO

Cartes postales de Suisse (normande)

ThurySalen_3_73-3

Ciel blanc sur sol blanc.

Mardi 3 il neige sur la campagne, la neige ne va pas tenir, mais pendant quelques heures on comprend pourquoi une campagne dont le plus haut sommet doit atteindre deux cent et quelques mètres a bien pu être baptisée « Suisse ». Quelques falaise et de la neige de temps en temps….  Quoi qu’il en soit c’était superbe, juste comme une balade dans une grande carte postale. Quelques extraits….

 

 

ThurySalen_3_67